D-Side n°46 (mai 2008)

Il existe toujours et depuis les années 80 une scène hexagonale qui ne renoncera jamais aux héritages new wave et cold wave. Les Français de No Tears prennent de sérieux galons avec Obsessions, successeur du plus sage Borderline.

La Froide new wave du quatuor prend une épaisseur, gagne du style tout le long d’un essai hypnotique, chargé en sons eighties et dont certaines rythmiques et l’ambiance générale rappellent parfois un Pornography (le saisissant « 12 Drummers Drumming »).

Des basses rondes soutiennent avec poids et dans l’harmonie les guitares. Taillées dans le tranchant du gothic rock, elles enveloppent plus qu’elles agressent (la mort amoureusement imagée sur une troublante « in[can]décence ») et en flottaison intime, le chant de Kristian Dernoncourt, entre français et anglais, égrène la chair des mots.

De celui de formation respectable, No Tears passe au rang de groupe repère. Ce disque, habité et dans l’émotion aura une importance.

Emmanuel Hennequin

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress | MMORPG